Intelligence émotionnelle – la pièce maîtresse de votre succès ?

Intelligence émotionnelle

Intelligence émotionnelle: la définition

Définie dans les années 90 par Salovey et Mayer, l’intelligence émotionnelle se définit par « l’aptitude de contrôler ses sentiments, ses émotions et aussi ceux des autres, de les discriminer et d’utiliser cette connaissance pour guider sa pensée et ses actions » 

En somme, l’intelligence émotionnelle, c’est la capacité de s’adapter compte tenu de ses émotions et de celles des autres.

Depuis ces dernières années, l’intelligence gagne énormément en popularité à mesure que l’on identifie mieux ses conséquences dans nos vies professionnelles et personnelles. Certains auteurs comme Estelle Morin, professeure titulaire à HEC Montréal, ajoute a cette définition traditionnelle une partie de non-verbale.

Pour Madame Morin, l’intelligence émotionnelle serait donc « un ensemble d’habiletés verbales ou non verbales permettant à un individu de générer, reconnaître, exprimer, comprendre et évaluer ses propres émotions et celles des autres de manière à orienter les pensées et les actions permettant d’affronter efficacement les exigences et les pressions de l’environnement. »

D’ailleurs, lorsque l’on regarde les chiffres liés aux congédiements, on s’aperçoit que sur 7 congédiements, 6 sont liés à la gestion émotionnelle contre 1 en lien avec les compétences.

« On le voit tellement souvent en entreprise le fait que des gens brillants, qui connaissaient énormément de choses en lien avec leur emploi, soient congédiés car ils ont des difficultés a géré leurs émotions . »

Christian Martineau– Formateur MP-Plus

L’expression connue en ressources humaines de dire que l’on recrute pour des aptitudes, mais on congédie pour des comportements se vérifie donc.

Les 5 piliers de l’intelligence émotionnelle

Cette habileté qu’est l’intelligence émotionnelle peut en fait se décomposer en 5 grands piliers, définis par Daniel Goleman, professeur et chercheur à l’université de Harvard.

La conscience de soi

La conscience de soi, c’est être capable d’identifier ses émotions, mais aussi d’avoir une vision clair de soi. La conscience de soi est donc la première étape pour apprendre a mieux gérer ses émotions .

La maîtrise de soi

Une fois atteint une meilleure conscience de soi, la maîtrise de soi c’est être capable d’exprimer ses émotions de manière contrôlée et tempéré, sans offenser soi-même ou autrui.

La respiration profonde peut par exemple être un outil formidable pour reprendre le contrôle de ses émotions et gagner en maitrise de soi.

La motivation interne

La motivation interne c’est l’art de se canaliser ses efforts pour atteindre ses objectifs sur le moyen et long terme. Pour cela, il faut en premier lieu apprendre à bien identifier ses propres besoins. La pyramide de Maslow peut vous aider a les catégoriser et a y voir plus clair.

Être conscient de sa propre personnalité et de son niveau d’estime de soi vous permettra ensuite de cibler les dernières barrières qui pourraient subsister dans votre estime de soi.

L’empathie

L’empathie c’est être capable de reconnaître autrui en tant que semblable, et de prendre en compte les émotions et les besoins d’autrui.

La capacité à gérer les émotions des autres

C’est ici que réside une partie de la force de l’intelligence émotionnelle. La capacité à gérer les émotions des autres c’est l’art d’être en contrôle de ses émotions ainsi que celle d’autrui, et cela dans n’importe qu’elle situation.

Ces 5 piliers forment donc la base de l’intelligence émotionnelle, et pour Daniel Goleman, elle explique 85% de la réussite professionnelle , contre 15% pour le QI.

Les émotions de bases

Lorsque l’on parle d’intelligence émotionnelle, on parle d’abord d’émotions. Le premier point essentiel à garder l’esprit est que les émotions sont universelles, et partagées par tous. Mais quelles sont-elles ?

On retrouve dans cette liste la peur, la colère, la tristesse, la honte et la joie.

Ce que l’on remarque une fois cette liste couchée sur le papier, c’est que la plupart des émotions de bases revêtent enfaîte un caractère assez négatif, avec une perception qui va varier selon l’émotion, celui qui la ressent et l’état d’esprit dans lequel le sujet se trouve.

Par exemple, une femme ressentira en moyenne les émotions sur une durée plus longue qu’un homme. Certains types de comportements peuvent aussi influencer sur la durée et l’intensité d’une émotion. Parmi ces comportements, la rumination:

« [La rumination] est le moteur, le carburant, d’une émotion négative. »   Sonia Lupien, chercheuse canadienne en science cognitive

Quelques statistiques

Pour vous rendre compte du poids de l’intelligence émotionnelle dans vos rapports quotidiens, voici quelques statistiques. On recrute pour des compétences, mais ou congédie pour des comportements. Ainsi, si le Quotient Intellectuel est un bon indicateur de la réussite académique d’une personne, il n’explique que 20% de la réussite professionnelle. Vous l’aurez surement deviner, les 80% restants s’expliquent par le Quotient Émotionnel.

L’intelligence émotionnelle est donc au cœur du bonne relation de travail, et quoi de mieux pour s’en persuader que de se pencher sur les raisons principales d’un congédiement . L’étude Airtasker l’illustre parfaitement: a la question  » en tant qu’employeur, quelle a été la raison du congédiement d’un employé les deux premières raisons nommées étaient: pour 57% d’entre eux un problème de comportement, et pour 41% un problème personnel avec l’employé

L’intelligence émotionnelle sera l’une des dix compétences les plus importantes en 2022 selon le Forum économique mondial (The Future of Jobs Report 2018)

Place aux applications concrètes

Maintenant que nous avons une vue d’ensemble sur nos émotions, voici quelques astuces pour mieux les gérer.

Savoir gérer sa colère

La colère fait partie des émotions les plus visibles, mais aussi des plus dures à gérer. Comme nous l’explique Christian Martineau dans sa formation « Miser sur son Intelligence Émotionnelle« , la colère peut être de deux types: celle que l’on ressent soi-même, et celle vécue par autrui.

Quelle que soit sa forme, le thermomètre émotionnel est un outil très efficace pour vous aider dans la gestion de votre colère. Étant un outil principalement utilisé en psychoéducation, il s’avère aussi utile pour les adultes, en vous permettant de simplement d’identifier et de jauger ses émotions. Et si vous avez des enfants, n’hésitez pas l’essayer !

Donner de la rétroaction avec intelligence

La rétroaction peut s’avérer difficile à donner de manière optimale, et beaucoup de méthodes existe, plus ou moins efficaces.

Parmi les erreurs communes que l’on trouve dans la rétroaction négative, notre formateur Christian Martineau en a identifié deux de particulières répandues et dommageables:


« Avec le « mais » on efface la rétroaction positive que l’on vient de faire. Avec l’utilisation du « tu », on peut facilement entrer dans l’accusation […] on parle même de « tu qui tue » pour ce phénomène. « 

Christian Martineau– Formateur MP-Plus

Un autre outil exceptionnel pour vous aider a identifié les différentes personnalités au sein de votre équipe est le test de Myers et Briggs. Il vous suffira alors d’adapter votre manière de donner une rétroaction a la personnalité de votre interlocuteur, pour plus d’efficacité.

Envie d’aller plus loin ?

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur les méthodes les plus efficaces de gestion des émotions, et d’aborder le cas concret de votre organisation avec notre formateur, notre formation « Miser sur son Intelligence émotionnelle » est faite pour vous !

Vous aurez l’occasion d’approfondir pendant 7.5 heures l’ensemble des éléments qui amèneront votre carrière au niveau supérieur.

Rédigé par Paul Guitou Berlion
Facebook
LinkedIn
Email
Twitter
Pinterest

À propos

MP Plus offre des formations pour les avocats, notaires, ingénieurs, conseillers en ressources humaines Formations certifiées Barreau, CNQ, CRHA, CRIA, OIQ

Navigation

Retour haut de page